samedi 15 avril 2017

Loubia Connection le Podcast n°8 - Le SEUM EDITION


Loubia Connection, le podcast

Épisode n°08 avec le SEUM des MEUFS : Les Mascus de la Forêt

Avec Sophie, Alexia, Roxane, Sofia


télécharger en mp3


Extraits :








mercredi 1 mars 2017

Tout ça ne Meklat pas (jeu de mot sponsorisé par... non personne n'a accepté de sponsoriser)

Je connais pas bien Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah.

Quand je dis que je connais pas bien, ça veut dire que je ne les ai jamais lus ou écoutés.

Quand j'ai lu des tweets de Marcelin Deschamps sur Twitter, en sachant que c'était Mehdi Meklat, issu du Bondy Blog, ben je l'ai nexté, mis direct dans la catégorie "troll sexiste et raciste des internets, intérêts divergents". Son arabité, son origine de quartiers populaires comme moi ne sont pas entrées en ligne de compte. Pour moi, c'était un connard comme les autres, comme le troll lambda ou comme n'importe quel mec un peu connu qui dès qu'il le peut chie à la gueule des minorités, et dans le cas qui nous occupe, des minorités qui ne sont pas la sienne.

De la même manière que le Bondy Blog abritait des gens comme ça, Libération abrite des Luc Le Vaillant qui se posent là question racisme et sexisme à longueur de colonnes, et cela n'empêche pas que je lise ces media, tout en déplorant qu'ils ne fassent pas un peu le ménage dans leurs rangs de temps en temps. 

Puis l'affaire. Wow. On découvre qu'un mec peut être sexiste, antisémite, homophobe. Quelle nouvelle. Je sais pas où vous avez dormi ces dernières décennies mais voir les media découvrir l'eau chaude était bien marrant. 

Puis Meklat tente une Houellebecq. Oui mais c'est pas moi c'est un personnage. Comme Houellebecq qui nous explique que non ce n'est pas lui le pervers de ses bouquins. Que non, il n'insinue rien sur les Musulmans de France quand il écrit Soumission, que c'est un exercice de style, une fiction.

Alors pour moi, quand Meklat tente une Houellebecq, il entre (en plus d'être une merde) au Panthéon des abrutis encensés par l'élite culturelle, qui peuvent se permettre de se faire des films (en l’occurrence des écrits mais ne me gâche pas mon expression des années 90) sur le dos des gens. Parce que les gars qui t'ont retweeté ou qui ont lu tes bouquins, je suis pas sure qu'ils se disait "ouh la la mais quel second degré délicieux, quel sens de la fiction". Avec ton personnage (lol), tu as entériné des théories haineuses, donné du grain à moudre à l'oppression. 

Mais quand Meklat tente une Houellebecq, bizarrement ça ne fonctionne pas. Je trouve intéressant de chercher à comprendre pourquoi. Pourquoi c'est plus grave qu'un arabe des banlieues se comporte comme une merde, pendant que le monsieur de souche, ben ça va, on lui file même des Goncourt didonc.

Je trouve aussi intéressant de chercher à comprendre ce qu'on attend de nous autres arabes de banlieue. On m'a demandé ce que je pensais de cette affaire, comme si je connaissais le mec personnellement. On m'a refusé le droit de considérer ce mec comme un autre mec, le mettre dans la case "intérêts divergents, avec qui je n'ai rien à faire". 

On a refusé de laisser le bénéfice du doute à ce jeune homme, parce qu'avant d'être un parvenu de la culture, il reste un arabe des banlieues, alors que le bénéfice du doute, on le laisse toute l'année à des tas de racistes qui ne peuvent pas être racistes puisqu'on vous dit qu'il ne sont pas racistes. (tu peux remplacer le terme "raciste" par "sexiste" ou "homophobe")

On nous refuse le bénéfice du doute, la liberté de conscience, parce qu'il y a forcément un lien entre nous tous arabes des banlieues.