mardi 3 décembre 2013

L'antiracisme de gala

Hier, le 2 décembre, s'est tenue une soirée de gala au théâtre du Rond-Point, avec beaucoup de Blancs parisiens qui s'engagent contre le racisme. Ils pourront dire "le 2 décembre, je me suis engagé-e contre le racisme" et on leur dira combien ils ont été courageux d'assumer leur bien pensance face aux méchants qui embêtent leur voisin Mamadou la ministre Christiane Taubira.

Si tu regardes bien, cette soirée, c'est encore les gens pas victimes du racisme qui viennent te parler du racisme et te dire comment c'est mal et qu'on est tous pareils.

Ils ont même poussé le vice jusqu'à donner la parole à nos amis pompiers pyromanes, Plantu, Charb et Caroline Fourest, à qui un jour peut-être j'écrirai une lettre d'amour pour les remercier d'avoir tellement facilité la vie de mes congénères en France ces vingt dernières années.  J'y joindrai certainement une merguez d'or pour l'ensemble de leur oeuvre.

Ah on me dit dans l'oreillette que dans le tas il y avait Abd Al Malik, et c'est vrai qu'un Noir, ça représente les Noirs. Et parce que quand même il fait du slam de la variet' du rap France Inter.Et surtout il est noir quand même. Alors ton histoire de blancs intellos et riches, petit hamster, tu te la remballes, ON EST PAS RACISTES ON TE DIT.

On a donc chanté, lu, et dessiné pour lutter contre le racisme. Et même que ce soir, exceptionnellement, Plantu s'est contenté de dessiner des petits poneys, parce que si on le laissait dessiner des gens, il aurait eu du mal à ne pas leur mettre un foulard ou un chech sur la tête.

 C'est beau quand même. 
Plein d'artisteuh n'est-ce pas qui organisent un événement "intelligent et festif" (sic). La culture contre la haine. Mais oui madame, c'est vrai que ce n'est pas politique du tout, le racisme n'est que le produit de la fange intellectuelle. On va élever un peu tout ça et hop, tout le monde se fera des bisous.

On a organisé une teuf pour bien lui montrer au racisme, et il est bien attrapé maintenant.

On va marcher aussi. On va aller se faire fondre nos gros culs dans le froid le 8 décembre, après s'être gavés de petits fours le 2, au nom de la République. La Marche des Républicains, pour dire que comme nous sommes Républicains, nous ne pouvons pas être racistes et même qu'on est contre le racisme, qu'est-ce que tu en dis de ça, Mohamed?

Les mecs, vous êtes gentils, mais la République, ça fait trente ans que je la regarde me cracher dans la gueule, ainsi qu'à ma famille et mes amis, et plein de gens que je connais pas. 

C'est la République qui contrôle mon frère dans le métro ou au volant de sa bagnole parce qu'il a sa grosse gueule de bougnoule ostentatoire.

C'est la République qui humilie mes parents à chaque fois qu'ils doivent renouveler leur titre de séjour, et qui les fait flipper comme des cons quand ils repartent avec leur récepissé, cette peur de se faire contrôler et embarquer par les flics.

C'est la République qui a dit à mes soeurs que la prépa n'était pas pour elles, parce qu'Arabes de banlieue défavorisées, elles n'y avaient pas leur place. 

C'est la République qui n'a pas réagi quand ma copine de classe s'est fait traiter de "sale grosse noire qui pue" en plein cours, en 4ème. 

C'est la République qui empêche ma voisine d'aller à l'école car elle a la tête couverte d'un foulard, ou même d'un bandeau un peu large. 

C'est la République qui fait des tours en bagnole dans la cité à côté de chez moi, et qui fait des fouilles au corps, dix fois, vingt fois par jour, sur des mecs qu'elle connaît forcément, puisqu'elles les a contrôlés déjà la veille. 

C'est la République qui me demande "c'est quelle origine votre nom?" quand je refais mes papiers FRANCAIS mais ne le demande pas à mon mari qui a pourtant des "origines" aussi, mais européennes. 

Alors si c'est cela être républicain, je ne marcherai pas le 8 décembre, ni un autre jour.

Parce que le racisme, c'est toute l'année et pour des millions de personnes, et que cette mascarade pour se racheter une conscience, tout en silenciant les premiers concernés, me file la gerbe.