mardi 5 mars 2013

La pilule, c'est pas simple

J'écoute en ce moment même D. Maraninchi, le boss de l'ANSM (ex AFFSAPS) nous expliquant que les mesures en projet pour limiter les dégâts causés par les pilules 2 et 3ème génération sont de réserver la prescription de ces pilules uniquement aux spécialistes (endocrino et gynécos)

Mec, t'es déjà allé chez le gynéco? T'as lu les témoignages des femmes qui portent plainte? Les labos ont fait du pressing sur des spécialistes pour qu'ils prescrivent à tour de  bras des pilules plus chères. Pour la plupart des nanas, l'interrogatoire avant prescription est une vaste blague, qui se résume à "on va tester celle là, et si elle ne vous convient pas, revenez me voir" et "faudrait arrêter de fumer, parce que c'est pas très indiqué avec une pilule combinée". A ce prix-là, autant mettre les pilules en libre service, parce que la mayonnaise, c'est pareil, quand elle est dégueulasse je change de marque.

Comme d'hab, au lieu de poser les questions aux vraies personnes concernées, on tape sur les plus faibles.
Une nana se tape un AVC? C'est parce qu'elle fumait. Bon ça a été tout de suite invalidé par les analyses qui montrent que son problème est génétique, et que le médecin qui lui a prescrit cette pilule n'a pas fait son job pour évaluer les risques liés à une telle prescription.

Ensuite, comme on ne veut pas se mettre les gynécos à dos, on désigne les généralistes comme coupables, cf plus haut.

Et on profite de ce problème finalement assez mineur en termes de population concernées pour cacher la merde au chat, et ne pas aborder le réel problème, à savoir le droit d'information des femmes concernant leur contraception.
On ne dit pas qu'un Rv chez le gynéco de ville pour une prescription de pilule c'est 10 minutes chrono payées 60 euros, que peu d'explications, voire aucune n'est fournie quant à la variété des moyens de contraception, et que la pilule est prescrite assez systématiquement en première intention à toutes les femmes.

T'as entre 16 et 25 ans, tu passes tes WE à aller à des teufs et à te prendre des cuites qui te filent la gerbe et la courante? Tes années d'étudiantes sont celles où tu es souvent dehors, à aller bouffer avec des potes, à te lever ou te coucher à des heures pas très régulières, bref, tu as une vie un peu moins réglée qu'une daronne de trente ans... On te file la pilule. Le truc logique, quoi. Comme ça t'es à peu près sure que tu vas oublier/vomir/chier ta pilule une fois dans ta vie, et que tu vas soit flipper pour rien si t'as de la chance, soit te retrouver à avorter avec les risques que ça comporte si t'en a moins.

T'as pas d'enfants? On te file la pilule. T'as des enfants? On te file la pilule si tu penses en faire d'autres.

Bref, on te file le truc le moins pratique pour toi et le plus rentable pour les médecins et l'industrie. Parce que la pilule, c'est l'obligation, quand ton gynéco est un connard, de retourner le voir tous les 6 mois juste pour choper une ordo. Alors qu'un implant, ou un stérilet, et t'es pénarde pendant 1 à 3 ans en fonction de la fréquence à laquelle tu fais tes frottis, et à la limite si t'as pas envie d'y aller, ben t'y va pas. Avec la pilule, le mec te tient par les ovaires, et il t'encaisse une visite à chaque fois.

Les filles, si vous avez un planning familial dans le coin, allez-y. Montrez que les plannings ont une raison d'être, parce que c'est important d'avoir accès à une information de qualité et surtout... désintéressée.