mercredi 25 novembre 2009

Je regarde trop la télé

Ou pas assez.
Je ne suis pas encore prête à me marrer devant les émissions genre "Belle toute nue", "Super Nanny" ou "Nouveau look pour une nouvelle vie", peut-être ne suis-je pas assez blindée pour y voir autre chose que de la violence et du cynisme, que les gesticulations de la pétasse ou de la grande folle qui "accompagne" la nana désespérée ne parviennent pas à masquer.

D'un autre côté, en regardant hier l'émission de Taddéï, je me suis demandé pourquoi j'avais allumé la TV au lieu de me contenter de mes séries et de mes films téléchargés sur support numérique.
Le tout premier sujet, c'était les violences faites aux femmes, avec la sortie d'un docu "La domination masculine". Bon déjà ça pue, on a pas commencé le débat que le terme "féministe" est lancé, c'est super, et y a Zemmour "Pine d'huître" sur un des bancs, en face de Bruno Gaccio. Bref va y avoir du niveau et le débat va partir en sguegue total dès la première minute. D'ailleurs, je ne comprends pas pourquoi on a besoin d'être féministe pour s'indigner du fait que les femmes battues existent, mais ce n'est pas l'objet de ce billet.

Les invités de l'émission étaient :

- Eric Zemmour, donc, qui figure d'ailleurs dans le documentaire, à travers un enregistrement d'une télé qu'il a faite en suisse où il explique que l'homme est un animal et que c'est bien de le laisser à ses instincts primaires (je te la fais courte hein). Donc on a un gars connu pour ses idées nauséabondes qui va venir contester le fait qu'il soit dans le docu, et au passage distiller un peu de bile, ça fait pas de mal. Avant de partir dans son trip sur la domination masculine naturelle (d'ailleurs quand je vois Eric Zemmour, je me dis que pour qu'il puisse physiquement dominer sa femme, elle doit soit être maso donc consentante, soit souffrir d'une maladie invalidante ou de nanisme), il a d'abord exprimé son mécontentement de se voir apparaître dans le docu genre "ce que j'ai dit était tiré de son contexte" alors que le journaliste suisse a posé une question à laquelle Zemmour a répondu. Point. Va chercher le contexte.

- Bruno Gaccio qui avait maigri et qui voulait qu'on rejoue le match.

- Une blonde, genre Polony, Solony, bref une journaliste qui a dit tout et son contraire en 3 minutes de parole distillées à travers la séquence.

- une autre blonde mais vieille, universitaire, qui ressemblait à Valérie Mairesse

- Un écrivain vieux qui ressemblait à Bedos

- Et un normalien qui s'est greffé des pelles à tarte sur la tête et qui endossa ce soir-là le rôle du mec qu'on écoute pas parce qu'il porte un marcel rouge avec écrit "Crevez tous" dessus, et qu'il a l'air trop pas sérieux au milieu de ces cinquantenaires en costard / pantalon en velours de vieil instit célibataire pour Zemmour.

Tout ce beau monde n'a pas parlé une fois du sujet. au passage, je ne saurais pas moi-même te donner le sujet, vu qu'en bas de l'écran y avait écrit "les violences faites aux femmes", qu'un écran montrait l'affiche du docu et que les invités ont parlé de féminisme, de stalinisme et de nazisme (point Godwin d'ailleurs atteint avec brio par Zemour en 1 seconde). Ils se sont embarqués dans un gloubiboulga qui serait trop long à t'expliquer, mais en gros, j'ai retenu les idées suivantes.

- pour Guy Bedos, les hommes et les femmes c'est pas pareil
- Bruno Gaccio aime se faire dominer dans les jeux sexuels, mais sinon c'est lui qui montre ses burnes au quotidien dans son couple, c'est un vrai mec merde. (intervention assez surréaliste d'ailleurs)
- Le mec qu'on écoute pas a parlé de réactionnaires et de mai 68, il avait juste envie de taper sur Zemmour
- La journaliste trouve qu'on victimise trop les femmes et que c'est pour ça qu'elles ne peuvent pas sortir de leur rôle de victimes. En gros tu te fais battre, tu as un salaire inférieur à celui de ton voisin de bureau, te plains pas parce que quelque part en Afghanistan y a une nana qui se fait lapider. Elle ne se définit pas en tant que femme mais en tant qu'humain, puis deux minutes après elle acquiesce quand Bedos dit que les hommes et les femmes, c'est fondamentalement différent.
-L'universitaire a sorti des trucs qu'on a entendu cent fois mais qui restent super importants, mais j'étais quand même gênée qu'elle sorte tout ça avec son sourire de promo, parce qu'elle venait quand même vendre un bouquin.

Puis je garde mon pote Zemmour pour la fin, qui a débuté l'échange en faisant un parallélisme entre le chômage et la violence conjugale, puis qui a conclu par un rapprochement entre la proportion de mecs incarcérés pour délit et crimes sexuels, et la répression de la virilité de l'homme dans notre société.

Et le pire, c'est que personne ne lui est rentré dans la gueule, on est passé à l'actualité foot.

Bon finalement, ce compte-rendu d'émission est surtout un billet anti-Zemmour, ça m'a tellement soufflée que je ne peux pas te fournir une bafouille de meilleure qualité.